Archive pour Compostelle 2015

Marcher vers Compostelle : l’Histoire d’après – 2ème partie

Certains lecteurs le savent, mon premier chemin vers Compostelle, je l’ai commencé en 2012, à la suite d’une blessure physique, j’ai dû m’arrêter au pied des Pyrénées, après un mois de marche, de rencontres et de moments tous plus fort les uns que les autres.

Je me souviendrais toute ma vie de ce jour, où j’ai accepté de dire « stop ». Ce n’était pas le bon moment pour moi, ou alors quelqu’un avait quelque chose de plus grand et de plus puissant à accomplir en moi…

img_2628

Une année après, en 2013, j’ai repris la route, en débutant de nouveau du Puy-en-Velay, et, après deux mois de marche et d’épreuves, j’ai pu enfin entrer dans la ville de Saint-Jacques-De-Compostelle. Ceux qui sont arrivés jusqu’ici se rappelleront quelle émotion les a envahi, les a saisi…

Ce jour-là aussi restera gravé en moi. Je me souviendrais toute ma vie, m’être écroulé en larmes à l’intérieur de la Cathédrale de Santiago, pendant plusieurs heures, je me souviendrais toute ma vie des milles « merci » que j’ai adressé en pensée. Des « mercis » que j’adressais à quelqu’un que je ne connaissais pas, avec qui je n’avais jamais eu aucun contact et que pourtant j’avais parfois détesté, insulté… Un quelqu’un qui m’avait pourtant soutenu secrètement lors des diverses épreuves de ma vie, un quelqu’un qui resta toujours discret en attendant que j’ouvre mon cœur, un quelqu’un qui a veillé sur moi toutes ces années, pour ne pas que je sombre dans l’obscurité, un quelqu’un qui m’a permis d’allé, pour la première fois de ma vie, jusqu’au bout des choses, un quelqu’un qui m’a porté jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle, dans un but un seul, celui de remplir mon cœur d’amour !

Au  fond de moi, durant de nombreuses années, ce quelqu’un avait maintenu une petite flamme, si minuscule que sa chaleur ne m’avait pas interpellé mais quelqu’un l’avait pourtant gardé allumé, parfois maintenu avec force lorsque j’y jetais de l’eau dessus !

Cette petite flamme ressemblait sans aucun doute à cette veilleuse rouge que l’on trouve dans les églises, proche du tabernacle, veilleuse qui symbolise la présence de Dieu…

Cette lumière, présente dans mon cœur, en a subit des averses, des déluges, des tempêtes et pourtant quelqu’un l’a maintenu allumé…il m’aura fallu presque trois années après ce retour de Saint-Jacques-de-Compostelle pour comprendre une partie de mon Chemin et ouvrir mon cœur sur le chemin à venir.

 

Compostelle raisonnait en moi, j’avais ce besoin de repartir, d’en parler, de lire des ouvrages, on aurait pu même penser que cela en devenait une véritable obsession. Se sentir incompris par ceux qui ne saisissaient pas la force de ce Chemin, la puissance qui nous attire à lui. Les Jacquets et Jacquettes qui en sont revenus le savent, le Chemin de Compostelle c’est un aimant bien plus puissant que le Nord, il nous attire, nous envoute même ! Les soirs on y repense, on tombe sur une photo et l’on pleure, on revoit son sac à dos et on a envie de le saisir et reprendre notre chemin.photo1

Chaque jour qui passait n’était pour moi qu’une attente, j’attendais simplement de repartir, de reprendre mon bourdon de pèlerin et parcourir de nouvelle route jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Puis, un beau jour, un signe fort…une rencontre…virtuelle.

Sur le moment je n’ai absolument pas réalisé mais à l’heure actuelle tout est si clair : je venais de rencontrer, par le plus grand des hasards, la future femme de ma vie, ma future épouse. Venue échanger par mail juste pour quelques informations sur le Chemin de Compostelle, messages après messages une rencontre eu lieu. Et en ce jour du 28 Décembre, nous nous sommes rencontrés physiquement, nous avons échangé et ce soir-là, en partageant notre premier verre, je ressentais un amour puissant qui voulait jaillir : c’est elle, oui c’est elle que mon cœur attendait !

Aujourd’hui, cela fait une année que Sophie m’accompagne chaque jour dans ma vie. Je ne saurais jamais pourquoi j’ai eu cette si belle chance de la rencontrer, je ne saurais jamais ce que j’ai fait pour mériter un si grand bonheur, un si grand amour et je ne peux que remercier chaque jour Dieu pour sa si grande bonté envers moi, moi qui l’avais tant détesté, tant bafoué…main-dans-la-main

 

Il m’a pardonné et donné tant d’amour…

Dans l’amour de Dieu nous avançons sur ce nouveau Chemin qui est devant nous, main dans la main, le cœur léger.

 

Marcher vers Compostelle : l’histoire d’après – 1ère partie

Marcher vers  Compostelle : l’histoire d’après – 1ère partie

 

Voilà déjà quelques temps que je souhaitais partager avec vous mon aventure sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 2012 lorsque je suis parti pour la première fois, j’avais rédigé un petit « mémoire de ma route » que j’avais offert à une poignée de personnes, principalement les membres de ma famille. Je n’avais pas voulu le diffuser sur internet, mais j‘en avais tout de même publié quelques très courts extraits. En 2013, lors de mon nouveau chemin vers Compostelle, j’avais pris le temps, chaque jour, de publier presque en direct un article résumant ma journée et mes modestes aventures journalières. C’est de là que mon site www.marcher-vers-compostelle.com a pris une ampleur que je n’avais pas imaginé. Ce petit site que j’avais créé principalement pour que mes proches et amis puissent suivre mes aventures a vite vu son nombre de visites journalières exploser. J’avais donc décidé de le dédier au Chemin de Compostelle et de partager avec vous mon expérience, des conseils mais aussi essayer au maximum de répondre à vos questions etc.

dscn0660

Ce site je l’ai donc conservé, cela depuis maintenant bientôt quatre années ! Je me demandais souvent pourquoi je le gardais…mais aujourd’hui je le sais !

Dans les jours à venir, vous pourrez découvrir une histoire, mon histoire ! En quoi ce modeste site a été, au final, l’outil qui a radicalement changé ma vie et qui fait qu’aujourd’hui je vous raconte cette histoire…

Rendez-vous dans dix petits jours pour lire la suite …

VIDEO: Le Chemin de Compostelle – Résumé de 2 mois de voyage par Horizons Vagabonds

Tous les Chemins mènent à Compostelle

Parce que tous les Chemins mènent à Compostelle.

Très belle vidéo de Mathieu, ayant cheminé vers Saint-Jacques-de-Compostelle, au départ du Puy-en-Velay, le 28 Juin 2015.

Des images qui donneront, j’en suis sur, l’envie de partir découvrir ce Chemin à ceux qui n’en ont pas eu la chance encore mais aussi une vidéo qui ranimera, encore un peu plus, la flamme qui illumine le cœur et les souvenirs de ceux qui ont eu l’occasion de marcher vers Compostelle. Chacun se souviendra des rencontres, du partage, de l’hospitalité, des paysages et de cet incroyable aventure qui marquera à vie.

Compostelle, plus qu’une aventure, plus qu’un simple chemin, plus qu’un voyage, plus qu’une randonnée…à vous de le découvrir mais surtout de le VIVRE !

Chemin de Compostelle: un rêve à ne pas mettre de côté !

En 2013, lorsque j’ai pris un nouveau départ depuis le Puy-en-Velay pour le Chemin de Compostelle, j’ai rencontré, les deux premières semaines, énormément de personnes retraitées. J’ai lu dans leurs regards, mais aussi elles se sont confiées à moi, ce rêve que je réalisais, elles regrettaient de ne pas l’avoir réalisé avant, plus tôt, pour avoir une autre vision.

Elles avaient tout fait pour avoir une bonne vie, ne pas perdre leur travail, se dire qu’à la retraite elles auraient le temps pour réaliser des rêves mis de côtés etc. Mais se rendaient bien compte qu’au final, le temps manquerait, l’énergie aussi parfois.

Alors n’oubliez jamais de réaliser vos rêves, vos envies car le temps ne s’achète pas et, quoi qu’il arrive, après le Chemin de Compostelle, vous aurez une autre vision de la vie, une autre volonté, une autre énergie pour réaliser vos projets !

Une petite vidéo réalisées par une petite bande de joyeux lurons !

N’oubliez pas aussi la vidéo de A.L HOST qui parle de son Chemin de Compostelle et de se qu’il a changé dans sa vie.

 

 

Envie d’aider un Donativo sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ?

Voici un message de Bernadette, concernant son appel lancé pour aider son Donativo.

>> Pour l’aider, rendez vous sur ce site: https://fr.ulule.com/poele-gite <<

Bonjour,je m’appelle Bernadette. En 2007 j’ai commencé le chemin de Compostelle, j’ai trouvé cette Aventure exceptionnelle. J’ai parcouru les 800 kms du Puy en Velay à Saint Jean Pieds de Port, puis parcouru la moitié du Chemin Espagnol, que j’ai hâte de terminer,dés que possible !  En 2014, j’ai donc décidé de quitter ma Sarthe natale pour acheter une maison sur ce Chemin de Compostelle. Me voilà donc arrivée à Saint Alban sur Limagnole, commune de 1500 habitants, au Nord Lozère, qui voit passer des dizaines de pèlerins chaque jour, principalement d’avril à octobre.

 

 

Saint Alban, vu du gite

J’ai choisi de partager ma propre maison avec ces marcheurs, j’essaie de les accueillir au mieux, afin qu’ils rechargent leur batterie avant de repartir au petit matin. Pour ma première saison, j’ai accueilli à l’été 2015, environ 300 pèlerins de nationalités et d’horizons très différents. Les soirées sont très riches et conviviales, je prépare les diners et les petits déjeuners, composés de produits maison, confiture, pain d’épices.. . Les jours de pluie, les pèlerins peuvent aussi s’arrêter pour se mettre à l’abri, ou prendre un café.

« Aux Amis dans le Chemin » se veut un lieu d’accueil où l’on se sente comme à la maison !

Soirées entre Bretons, sud Africaines, Brésiliens , Américains, Anglais !…

L’ambiance entre pèlerins est vraiment énorme, les au-revoirs parfois difficiles !

Quel plaisir de confectionner madeleines, confitures, petits plats maison !

 

Quelques travaux indispensables :

Depuis un an, mes fils, belles filles, famille et amis y ont déjà effectué pas mal de travaux. Au printemps, j’ai aussi fait refaire entièrement la toiture, investissement important mais indispensable.

Mes jeunes à  l’ouvrage…

 

Les travaux de toiture.

Mon projet ;

Ce gîte n’a aucun moyen de chauffage, cela devient très urgent. L’hiver dernier, il a fait jusqu’à 0 ° à l’intérieur. J’aimerais y installer un poêle à granulés mais je ne peux financer seule ce projet, ayant déjà financé les différents travaux. Ce poêle me permettrait d’accueillir aussi les pèlerins en automne et en hiver. Et l’été ils pourraient s’y réchauffer après parfois une journée de marche sous la pluie. Je consacre à cet accueil tout mon temps, toute mon énergie, et tout mon argent. Ce projet me tient vraiment à coeur !

L’installation du poêle, de la gaine dans le conduit ( de 16 mètres de haut ), plus accessoires, main d’oeuvre, s’élève à 6300 €. Un coup de pouce des internautes serait énorme !!

>> Pour l’aider, rendez vous sur ce site: https://fr.ulule.com/poele-gite <<

Coût dur sur le Chemin de Compostelle

A deux reprises j’ai dû arrêter de marcher en direction de Compostelle. J’ai rencontré des dizaines de personnes qui ont dû, elles aussi, arrêter leur chemin, en raison de leur santé, de leur famille, de leur travail ou d’autres soucis quelconque.

J’ai donc décidé de rédiger cet article pour vous faire part de mon avis et peut être vous donner une piste de solutions, ou juste pour relativiser.

En 2012, lorsque j’ai débuté du Puy-en-Velay, je savais que j’avais deux mois, très peu d’argent et une pression monstre pour retrouver du travail. J’ai donc démarré ce Chemin dans de mauvaises conditions à mon goût. Le sac à dos n’était pas trop lourd mais, à me mettre la pression, je n’ai pas écouté mon corps et j’ai galopé. J’étais bien, car physiquement je n’étais pas fatigué, mais mentalement je l’étais. Et c’est, à mon avis, un point très important à ne pas négliger. Il faut absolument partir en de bonnes conditions, avec le soutien d’amis, de la famille, en se disant qu’on a le temps et que l’on arrivera là où l’on arrivera. Je ne pensais pas qu’en 2015, j’aurais eu le feu aux fesses comme ça et mentalement je n’étais pas dans le Chemin, j’étais dans l’idée simple de rejoindre un point précis en « X » jours.

Alors commeIMG_0403nt faire ?

Déjà accepter de devoir renoncer pour respecter son corps. C’est la chose la plus importante.

Accepter aussi que le moment choisit n’était pas le bon mais que le prochain sera sûrement meilleur.

Revoir ces étapes, son organisation, son sac à dos pour l’alléger (bon cette année j’étais à 35kg, eau comprise et avec de la nourriture pour être autonome, mais beaucoup beaucoup trop, même pour moi !!!)

La fin prématurée d’un Chemin n’est pas négative, il faut la voir de façon positive au maximum, ce n’était pas le bon moment, point. J’avais prévu trois semaines, et bien il me reste deux semaines et demi pour voyager en France, autrement qu’à pieds. Rendre visite à des ami(e)s, visiter des régions etc. Ne vous laissez pas abattre, c’est très important !

J’espère que ces quelques lignes pourrons vous aider, vous qui avez du stopper votre Chemin en route pour mieux repartir la prochaine fois.

 

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentant cet article !

De Cenves à Propières – vers Compostelle

Dimanche 12 Juillet

29 Km

Départ le matin de Cenves, après une belle nuit au calme dans le refuge des sœurs de la communauté Saint-Jean. Quelle fraîcheur au matin mais une petite douleur au genou me donne un premier aperçu de ce qui va m’arriver plus tard.

En route vers Propières aujourd’hui, à 29 kilomètres. Beaucoup d’eau dans le sac, car hier je n’avais pas assez bu. Arrivé à Saint-Jacques-des-Arrêts, je rencontre une dame très gentille, qui me fait ouvrir l’église pour m’en faire une visite guidée, puis suivra un tour du village et un café madeleine chezIMG_0412 elle. Je reprends mon chemin une heure plus tard entre les crêtes du haut Beaujolais. Des vues magnifiques, que l’on est pas habitué à imaginer lorsqu’on parle de cette région.

Une petite absurdité sur ce Chemin, l’on nous fait faire un détour de 5 kilomètres, pour nous faire visiter les forêts (magnifiques au passage).

Toute la matinée mon genou m’a lancé. Le même qu’en 2012, lors de mon premier chemin, tendinite qui m’avait suivit pendant un mois et pendant presque un an encore. Elle est revenue et j’ai du prendre la meilleure décision. J’ai dû stopper mon Chemin malheureusement à Propières, deux jours après mon départ, mais je ne souhaitais pas envenimer ce genou. Après mes vacances j’ai besoin d’être en forme pour plus d’un mois de vendanges IMG_0413et de vinifications.

J’ai donc profité de quelques heures de sieste avant d’être récupéré par mes parents, venus tout spécialement. C’est bien sur avec du regret que je quitte ce nouveau Chemin, il en va de soit, mais je relativise en me disant qu’il était préférable de l’arrêter deux jours après le départ et non dix jours après, l’émotion aurait été bien différente et les regrets plus intenses.

Ce n’est que partie remise, et j’étais heureux de découvrir ce nouveau Chemin, sans doute en appellera-t-il d’autres, sur quelques jours ou plus.

 

Nouveau départ sur le Chemin de Compostelle – Par Cluny

Le voici ! Le tant attendu, à l’improviste encore une fois, mais il sera génial !

Le travail me le IMG_2765permettant, j’ai pu avoir trois semaines pour cheminer sur le Chemin de Compostelle. Et pour changer de 2012 et de 2013, je vais partir de Cluny, en Bourgogne. En trois semaines, je ne sais pas encore où je vais atterrir, mais je vais rejoindre le Puy-En-Velay et normalement je vais pouvoir visiter quelques ami(e)s du Chemin, qui m’ont accueillis et passer en voir d’autres qui deviendront eux aussi des amis !

Mon départ est pour demain ou dimanche. La nuit porte conseils mais elle est déjà bien entamée et mes affaires ne sont toujours pas terminées ! Je vous tiendra au courant, au jour le jour, si possible, de mon Chemin et de ces belles rencontres !