Archive de mots clefs pour aventure compostelle

Marcher sur les chemins de Compostelle : Conseils, matériel, organisation

Si mon article sur comment Préparer son départ pour Saint-Jacques-de-Compostelle ne vous suffit pas, vous pouvez découvrir un très bon livre pour vous aider dans votre organisation et préparatifs pour le chemin de Compostelle:

Marcher sur les chemins de Compostelle : Conseils, matériel, organisation Broché – 1 avril 2016 – 18€20

 

Marcher sur les chemins de Compostelle est une aventure humaine épanouissante. Chaque année, des hommes et des femmes décident de prendre du temps sur leur vie personnelle pour marcher quelques jours à quelques semaines sur les traces de Saint Jacques. Ce temps de marche permet de prendre du recul sur la vie et de découvrir d’autres personnes, d’autres idées, de nouveaux paysages, de réfléchir et de faire une pause dans son quotidien. Les nombreux marcheurs et pèlerins sur les chemins de Compostelle regrettent souvent d’avoir emporté trop d’affaires dans leur sac à dos. D’autres souffrent d’ampoules aux pieds. Pour vous éviter ces désagréments, il est nécessaire de préparer la marche. Ce guide propose des réponses à vos questions et vous offre des pistes et des astuces pour vivre ce temps de marche dans les meilleures conditions. Quel chemin de Compostelle choisir ? Où trouver à manger ? Que faut-il mettre dans son sac à dos ? Est-ce facile de trouver un hébergement ? Quelle distance parcourir en une journée ? Comment surmonter les moments de découragements ? Comment se protéger des piqûres de tiques ? Peut-on parcourir le chemin à vélo ? Comment marcher sur le chemin de Compostelle avec un très petit budget ?… Les réponses sont concrètes et au plus proche de vos préoccupations de marcheur. Ce livre est un parcours qui vous apporte des éclairages pour vous conduire concrètement à marcher sur les chemins de Compostelle.

 

Pour le commander facilement et le recevoir rapidement: Commander le livre

Le temps de Compostelle – Par l’Hospitalité Saint-Jacques d’Estaing

Partir en pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle – Faire son sac à dos

Partir en pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle – Faire son sac à dos

img_1714

J’ai souvent des questions concernant le choix du sac à dos, quoi mettre dans son sac à dos, quoi emporter vers Compostelle etc. Je vais donc faire un article au maximum détaillé, où je vais vraiment aborder l’aspect pratique et technique du sac à dos pour le Chemin de Compostelle.
Vous pouvez toute fois consulter l’article concernant le choix du sac à dos pour le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.
J’attire votre attention sur le choix de votre itinéraire déjà ! Pour avoir cheminé sur le chemin le plus fréquenté celui du Puy-en-Velay (qui est classé « GR65 ») mais aussi sur le Chemin de Cluny ou alors sur le Chemin d’Alsace, le matériel que j’ai emporté était à chaque fois différent. Pour faire court, sur les chemins moins fréquentés, comme celui de Cluny ou d’Alsace, j’avais plus de matériel et donc un sac à dos beaucoup plus lourd ! Mais il était presque obligatoire d’être en autonomie : peu de logement, ou logement couteux et devoir être d’avantage autonome en terme de victuailles !
Mais prenons le chemin le plus fréquenté, celui du Puy-en-Velay : le chemin royal vers Saint-Jacques-de-Compostelle ! Vous pouvez laisser votre craintes de manquer chez vous, car sur ce Chemin on ne manque de rien : logement, nourriture etc !

Concernant mon sac à dos, je vous ai déjà parlé de mon choix. Je fonctionne avec des sacs étanches de plusieurs volumes et de couleurs différentes, cela me permets de ranger mon sac facilement et d’éviter de perdre du temps le soir (surtout si vous arrivez tard, cela évite de déranger les gens qui parfois se reposent déjà !)
Pour les sacs étanches (Vous en trouverez des très abordable en suivant ce lien) j’ai trois volumes :
Le rouge, petit volume, pour mes affaires de toilettes (que j’emmène facilement dans la douche et qui donc ne craint pas img_1070l’eau !). Dedans j’y mets le strict minimum, c’est-à-dire : Brosse à dents de poche, dentifrice (éviter le tube neuf c’est quelques grammes en moins !), de l’huile d’arnica (l’un de mes remède anti-tendinite), des cachets de paracétamol, du PQ (une fin de rouleau suffit !), une serviette micro fibre qui fait aussi gant de toilette, et un savon de Marseille (pour la douche et la lessive), je prends spécialement ce modèle quand je pars en randonnée ou en pèlerinage. Le tout tient donc dans un petit sac étanche de deux litres.
Le bleu, un grand volume, pour y mettre mes vêtements. J’emporte là aussi le minimum, qui est, pour moi : deux short (un dans le sac et un sur moi), deux t-shirt en coton (un dans le sac et un sur moi), deux caleçon (un dans le sac et un sur moi), deux paires de chaussettes (un dans le sac et un sur moi), un mouchoir en tissu (c’est personnel mais je préfère aux mouchoirs en img_1064papier), une polaire légère et un sous pull de l’armée léger et un bon intermédiaire avec la polaire que je garde elle pour le soir, toute propre !). Tout cela tient dans un sac.
Le troisième, le sac vert, pour l’aspect repas ! J’y mets dedans la victuaille pour le repas du midi, du soir et du petit déjeuner. J’ai choisi de dépenser le moins possible donc je fais mes courses et les porte…sur le chemin du Puy-en-Velay il est simple de s’approvisionner souvent. Ceci dit, j’ai des dosettes de café et de sucre pour les matins. En prime j’ai toujours mon mini réchaud de chez Primus (modèle Primus Express), très léger, et ma tasse ultra légère. Ceci n’est pas une obligation, mais j’avoue qu’en Espagne cela m’a servi beaucoup plus qu’en France ! (parfois la cuisine est petite en Espagne et donc…beaucoup d’attente pour cuisiner alors hop je sortais mon réchaud !)
Je rajoute ensuite à ces trois différents sac, mon duvet, le plus img_1072léger possible, comme par exemple ce modèle (abordable et parfait pour le Chemin du Puy-en-Velay) : Duvet Rubility à moins de 30€ , ainsi qu’un drap de soie pratique surtout en Espagne, ou l’été en France.
Ensuite dans mon sac à dos, j’ai ma veste de pluie, ultra légère en « gore tex », des guêtres très pratique pour éviter d’être mouillé dans les chaussures ! Et évidemment un sur sac étanche, pour moi le modèle que j’avais à l’armée, mais il y en a des pas cher du tout ici ainsi qu’une pèlerine (capte de pluie) très légère (ce modèle est vraiment bien). Je ne néglige pas les affaires de pluie, car en Mai 2013 j’ai eu presque vingt jours de pluie, de neige et de grêle ! J’étais heureux de les avoir !img_1074
Dans une poche de mon sac à dos, j’ai quelques petites bricoles qui me servent de temps en temps : une petite lampe frontale (ce modèle est extra et léger), le célèbre Miam-miam Dodo ou le guide le Rother (Voir mon article sur les guides). J’ai aussi mon smartphone qui me permet de prendre de belles photos et de pouvoir communiquer en cas de besoin. J’ai toujours un couteau avec moi et bien entendu ma gourde d’eau (que je remplis dès que je trouve un point d’eau)

Évidemment tout cela est assez personnel mais, pour faire beaucoup de randonnée, c’est un schéma assez classique. Après, à chacun de jauger ses besoins et ses craintes et de mettre dans son sac à dos les choses qu’il pense avoir besoin. (Et à savoir que la poste vous permet d’expédier chez vous du matériel qui ne

vous sert pas !). L’important c’est que votre sac ne dépasse pas, si possible, dix pour cent de votre poids…c’est l’idéale !
Comme toujours, j’essaye de répondre à vos questions, alors vous pouvez me contacter via cette page, vous pouvez aussi poser vos questions en commentaires. Et si vous désirez partager votre expérience, je me ferais un plaisir de publier sur mon site, votre article ! Il vous suffit de me contacter.

Compostelle: « Je te pousserai »

Vous allé regarder la bande annonce officielle de « Je te pousserai ».
Justin Skeesuck et Patrick Gray sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne (Camino de Santiago), où Patrick a poussé Justin dans un fauteuil roulant tout le long du chemin.
Ce film parle de leur lutte, leur amitié…

Leur site internet (en Anglais uniquement): www.illpushyou.com

[ANNONCE] Accompagner quelqu’un sur le Chemin de Compostelle

Chemin de Compostelle: un rêve à ne pas mettre de côté !

En 2013, lorsque j’ai pris un nouveau départ depuis le Puy-en-Velay pour le Chemin de Compostelle, j’ai rencontré, les deux premières semaines, énormément de personnes retraitées. J’ai lu dans leurs regards, mais aussi elles se sont confiées à moi, ce rêve que je réalisais, elles regrettaient de ne pas l’avoir réalisé avant, plus tôt, pour avoir une autre vision.

Elles avaient tout fait pour avoir une bonne vie, ne pas perdre leur travail, se dire qu’à la retraite elles auraient le temps pour réaliser des rêves mis de côtés etc. Mais se rendaient bien compte qu’au final, le temps manquerait, l’énergie aussi parfois.

Alors n’oubliez jamais de réaliser vos rêves, vos envies car le temps ne s’achète pas et, quoi qu’il arrive, après le Chemin de Compostelle, vous aurez une autre vision de la vie, une autre volonté, une autre énergie pour réaliser vos projets !

Une petite vidéo réalisées par une petite bande de joyeux lurons !

N’oubliez pas aussi la vidéo de A.L HOST qui parle de son Chemin de Compostelle et de se qu’il a changé dans sa vie.

 

 

Le chemin de Compostelle change-t-il votre vie ?

Beaucoup de pèlerins le disent, le chemin a changé leur vie. Mais quels aspects exactement ? A.L. Host répond à cette question qui lui a très souvent été posée.

A.L HOST est auteur du livre  » La voie des cœurs nomades « 

Mon Chemin vers Compostelle – 2012 – « Début d’un Chemin »

En 2012, je partais pour mon premier Chemin vers Compostelle. A mon retour, j’avais écris un cours recueil pour l’offrir à mes parents, quelques très bons amis et à ma grand mère. Peut être pour qu’ils comprennent un peu ce Chemin, pourquoi j’avais tout quitté pour celui-ci.
 
Ce texte je vous en dévoile quelques parties pendant le mois de Janvier. Il n’a rien de prétentieux, juste des lignes écrites simplement. Bien entendu, le gros de ce recueil restera intime et donc réservé uniquement à ceux pour qui je l’ai écris.
 
Bonne lecture de ces modestes lignes.
Les quelques lignes précédentes:

 

  1. Début d’un Chemin

Le train part, la gare s’éloigne et ça y est vous êtes seul : un peu de peur, un peu d’appréhension, et beaucoup d’impatience, vous partez seul dans une aventure hors du commun. Oh, bien sûr, de nombreuses personnes peuplent le train, mais dans votre tête, vous êtes seul. Plus les heures de trains défilaient, plus l’impatience montait et plus la peur s’effaçait. Je suis arrivé à Lyon pour prendre un train en direction du Puy-en-Velay, ce train est « horrible » ! Il est si lent, interminable, à croire qu’il s’arrête partout pour vous « gonfler à bloc » et vous faire affronter la première épreuve du Chemin : la patience ! Je peux vous dire que pour le coup c’est réussis ! Lors de l’arrivée en gare du Puy-en-Velay, j’ai eu l’impression de découvrir un nouveau monde, pourtant j’avais déjà débarqué dans cette même gare quelques années auparavant pour aller chez Franck et Estelle, deux amis de la Ferme du bout du monde; mais cette IMG_1745gare, connue quelques années auparavant, ne ressemblait en rien à mes souvenirs, pourtant c’était bien elle !

Je ne sais pourquoi, mais je ne voulais pas dormir au Puy-en-Velay, j’avais tellement envie de partir… Alors j’ai pris le chemin à quatorze heures. J’ai juste marché deux petites heures pour arriver dans mon premier gîte à Tallode. Surpris, je fis la rencontre des premiers Pèlerins, enfin plutôt randonneurs pour le coup. Deux dames de Bordeaux et un couple Allemand ainsi que leurs enfants et puis un petit âne. Ce soir-là les discussions étaient faciles, mais, à vrai dire, je me suis déjà senti bien loin de l’état d’esprit de ces « touristes ». Je sais que nous ne faisions pas le même Chemin. Je ne critique pas leur démarche mais je ne me sentais pas à l’aise face à ces personnes cherchant l’exploit sportif… sur une semaine. Non, moi je ne cherche pas cela et Madame Allègre, la patronne, l’a senti de suite en me disant : « Toi, avec tes vingt-trois années tu iras un lit de luxe vers Compostellelà-bas, tu ne fais pas de tourisme, tu vis ! ». Peut-être que oui, du moins j’espère aller au bout mais je ne me décrivais pas comme touriste en effet plus comme aventurier, tout en restant humble face à Dame Nature car c’est avant tout Elle qui décide de votre Chemin…